Niki de Saint Phalle aux Abattoirs de Toulouse

Consécration des années 80 et 90 d'une artiste hors norme

Les Abattoirs, Musée-Frac Occitanie Toulouse, présentent une exposition consacrée à Niki de Saint Phalle du 7 octobre 2022 au 5 mars 2023. « Niki de Saint Phalle, années 1980 et 1990 : l’art de la liberté » réunira près de 200 œuvres. Photos et archives y seront également exposées. Les deux décennies choisies reflètent l’engagement de l’artiste fanco-américain, notamment sa volonté de créer pour tous dans l’espace public. Elle a toujours été du côté des minorités, une féministe, une avant-gardiste et déjà une avocate de l’inclusion. Elle veut répandre la joie autour d’elle. Ses convictions l’ont alors conduit à créer en toute liberté. Elle s’inspire des animaux et des plantes, des femmes et des épreuves de la vie. Ces thèmes se déploient dans un parcours où l’œuvre et la vie de l’artiste s’entremêlent. Nous avons également redécouvert une autre expression de femmes fidèles, se poursuivant à travers des espaces calligraphiques, des livres autobiographiques et une collection de meubles. Au sous-sol, c’est un labyrinthe de murs recouverts de miroirs, où un jeu d’ombre et de lumière reflète l’expérience du designer. “La lumière est brisée, moi aussi.” lesabattoirs.org

Galerie des Filles du Calvaire : mise en lumière de James Hyde

Questionnement sur la création d'une œuvre d'art

Chloé B, le Pop Art en mode digital à Saint-Tropez

L'effet 3D de collages à grand spectacle

Whitney Museum of American Art, le sac à main hommage de Max Mara

La mode entre au musée

Diptyque : Voyages Immobiles à la découverte de l’ailleurs

Une exposition qui pose un regard nouveau sur le voyage

Château de Fontainebleau : invitation à l’Art de la Fête à la cour des Valois

Effervescence et magnificence des cours royales

Collection Al Thani, la perle du Musée de la Marine

Des trésors uniques dans un palais du 18e siècle

The Underground Sculpture Park, l’expo souterraine

Faire voyager l'art aux confins du monde

Galerie Maeght : carte blanche à la photographe Françoise Huguier

Des clichés du bout du monde