Maison du Danemark : place au Royaume des Clowns !

Une vision décalée de ce personnage emblématique !

Catégorisé comme Expositions

Deux commissaires français, Pierre-Alexandre Mateos et Charles Teyssou, posent leur regard sur une génération d’artistes danois contemporains. Ceci, à l’occasion de l’exposition collective « Le Royaume des Clowns« . Bien qu’identifié, et parfois vivement incarné, le clown est irrésistiblement tabou. Conscients des agitations du monde et de ses prétentions dérisoires, les danois utilisent le clown comme un contrepoison et un antidote au cirque des vanités. La tradition s’appuie sur le jeu, le rire, la farce ou le canular pour faire vaciller les ordres, les normes et les figures établies. Par le coup d’éclat médiatique, la provocation dans l’espace public et l’exagération de situations, le clown parvient à faire chanceler le réel. Au sein de l’exposition, vous découvrirez plusieurs facettes de ce personnage. Par exemple, avec l’ABC Cinéma,il se grime sous des formes filmiques ou sous les traits de femmes vengeresses. Avec Lars Von Trier, il est noir et grinçant. Il se glisse dans la peau du clown Auguste du royaume du Danemark ,dans The Kingdom, The Direktor ou The Idiots, il inquiète et embarrasse dans les satires cruelles d’Henrik Plenge Jakobsen ou Jens Haaning, et incarne même l’effroi chez Ann Lislegaard…

Pour la génération contemporaine, le clown devient une figure convoquée en chair et en os. Il prend les traits d’Arcimboldo dans les collages végétales anthropomorphes de Rasmus Myrup. Faussement naïf et grimaçant dans les peintures de Magnus Andersen. Narcissique et gonflé à l’hélium chez Esben Weile Kjær. Sexuellement ambigu dans la figure du Pinocchio de Tora Schultz Larsen. Son omniprésence témoigne de notre culture des avatars virtuels, là où chacun réinvente son identité : il peut être ainsi drag, troll ou jokerisé. Le clown permet d’imaginer de nouveaux mondes, de fabuler des univers et nous donne au fond  la force d’envisager l’existence sous des auspices plus légers. À découvrir jusqu’au 8 mai 2022, au Bicolore, au sein de la Maison du Danemark, avenue des Champs-Elysées. maisondudanemark.dk

Publié le