J.M. Weston : mise en scène de l’exposition « Chaussoeuvres »

Une rétrospective autour de 11 onze paires de chaussures

Catégorisé comme Expositions

L’exposition « Chaussoeuvres« , imaginée par Olivier Saillard, directeur artistique, image et culture de la maison J.M. Weston, a été conçue par le studio de création et réalisée par les ateliers de la manufacture de Limoges. Car c’est dans cette ville que tout a commencé… En 1891, son fondateur, Edouard Blanchard, distribue des modèles de chaussures sous le nom d’Ultra Shoe ». En 1922, son fils Eugène, part aux Etats-Unis, s’ouvre aux techniques des bottiers américains et au fameux cousu Goodyear. À son retour, il rebaptise l’entreprise sous le nom de J.M. Weston. Audacieux et visionnaire, il impose la production de 600 à 80 paires, une décroissance drastique avec comme priorité le raffinement du design, la justesse des coupes et la perfection des cousus. Plus d’un siècle plus tard, la marque se distingue toujours par son savoir-faire artisanal d’excellence et son élégance française intemporelle.

Pour célébrer cet héritage et cette maîtrise de l’art du soulier, « Chaussoeuvres » met en scène ses 11 créations emblématiques. À commencer par le mocassin 180. Pourquoi 180 ? Parce que 180 prises en mains on été nécessaires dans l’atelier pour fabriquer ce grand classique. Dans la gamme, il y aussi le Derby Golf, né sur les greens puis adopté par les citadins, le Derby Chasse, le Derby demi-chasse, le Derby bateau à l’allure décontractée, le derby triple semelle, le Richelieu 300, la bottine Cambre, la bottine Jodhpur et la botte de la Garde Républicaine. Toutes ces oeuvres illustrent une tradition perpétuée dans les ateliers de Limoges. À découvrir jusqu’à fin décembre 2021 à la Galerie Boutique du 46, rue des Archives, 75004 Paris. jmweston.com